1. Le Blog
  2. Courses
  3. Mont Blanc : l’UTMB, une expérience vécue en 2014

Mont Blanc : l’UTMB, une expérience vécue en 2014Posté le 9 janvier 2018

L’ Ultra Trail du Mont Blanc

est une course de 166 kms pour 9700 mètres de dénivelé qui se déroule autour du massif du Mont-blanc , traversant trois pays (France, Italie, Suisse). Elle est à parcourir en 46h maximum avec un départ de la place du triangle de Chamonix le Vendredi soir à 18h30 pour une arrivée le dimanche sur cette même place de Chamonix avant 16h00.

Je prends part à cette course en 2014, en voici quelques souvenirs inoubliables pour moi.

Je suis arrivé à Chamonix le lundi afin de m’acclimater à l’altitude et faire un ou deux trottinages avant vendredi départ de LA course, ma course tant attendue.

Que de temps passé à parcourir des kilomètres dans la verdure, effectuer des fractionnés, programmer des sorties au Boêl en recherchant les parcours les plus durs, à bouffer de la côte…
Sans oublier la reconnaissance en quatre jours du parcours en juin, à arpenter les sommets de UTMB afin de parfaire ma condition physique. Mais ces séjours d’entraînement ont été formidables, courir seul en montagne ou accompagné par les 3D de Chantepie. Côtoyer les marmottes et les chamois à 2300 mètres dans les montagnes sont des instants de totale liberté que l’on n’oublie jamais. Toute ma préparation ne fut que plaisir.

Il reste moins de 3h30 avant le départ tant attendu de cette fabuleuse et mythique course autour du Mont Blanc pour laquelle je me suis entraîné voir surentraîné.

Aujourd’hui quelle satisfaction de se retrouver là, à Chamonix, dans la Mecque de l’Ultratrail entouré de tous ces coureurs hypers chevronnés Kilian Jornet, Sébastien Chaigneau, Iker Ikera etc…

Il est 18h15, le départ va être donné, et moi ça y est, j’y suis sur cette ligne et pour la quatrième fois ; (L’année passée l’aventure s’était arrêtée en Suisse à la Fouly au Kms 110 suite à un problème de genoux).

Je suis enfin prêt, mais je vérifie encore le matériel, gants, bonnet, buff, battons bien accrochés, etc… Moins de 15 minutes, j’envoie un dernier mail à Lydie, Jean-Paul mon frère et les 3D, qui je sais vont me suivre sur internet. Ils étaient d’ailleurs avec moi en juin dernier. « Départ UTMB 15mn » Je regarde cette banderole de départ et je me dis « ça y est Armand tu y es encore, ton rêve se réalise pour la quatrième fois » et je ne m’en lasse pas… Jamais je n’aurais imaginé il y a quelques années prendre le départ d’une telle course.

Quel bonheur, je ferme les yeux et je savoure ce moment de plénitude. J’ai les poils qui se hérissent lorsque j’entends cette musique de Christophe Colomb mise à tue-tête, retentir peu avant le départ. Une grande émotion m’envahit, quels moments intenses…

 

5, 4, 3, 2, 1 les fauves sont lâchés.

Après deux ou trois embouteillages, le fleuve de coureur s’étire. Je prends mon rythme et m’oblige à ne pas m’enflammer et à garder ma vitesse.

Peu avant l’arrivée au ravitaillement des Chapieux (environ au km 45), je pense déjà à ce que je vais prendre, deux bols de soupe, jambon, compote. Cette descente au ravito fait mal aux jambes mais je me sens bien. Je repars aussitôt ravitaillé, pour la montée à la Ville des Glaciers, le col de la Seigne (passage en Italie) pour ensuite monter l’arrête du mont Favre et la descente sur Courmayeur.

Au ravito du lac Combal après le col de la Seigne, j’ai un énorme coup de moins bien, mal au ventre, plus de jus, plus de jambe, il faut que je me remette, il faut s’accrocher et positiver. Ne pas se laisser aller. Quinze minutes aux toilettes et tout va mieux. Après un café, du jambon, de la soupe, le mental va mieux, donc ça repart.

Le col de Chécrouit passé, j’attaque la descente sur Courmayeur (80 kms) où je vais retrouver Lydie, ma fille et mon gendre venues de Rennes me soutenir aux ravitaillements.

Quel réconfort de voir les miens en Italie.

Allez, je pars de Courmayeur pour la deuxième partie de la course. Avant de partir je regarde derrière moi dans la salle de ravitaillement et beaucoup ne repartirons pas … Lydie me donne rendez-vous à Champex en suisse et me rappelle de ne rien lâcher.
Les 3D sont sur leurs claviers et Claudine et Didier échangent par textos avec Lydie des informations de course sur ma progression.

Je monte Bertone, la fameuse montée de Bertone, décidément elle est vraiment terrible celle-là. Et dire que Kilian Jornet la monte à 5 km/heure… Interminable cette montée, j’en bave mais je m’arrache comme on dit, on n’est jamais assez préparé pour cette course. Je contrôle tout de même mon cardio…Je suis dans le rouge mais ça roule, je gère…

Je bascule dans le val Ferret, superbe paysage direction Bonati, Arnuva, et le passage du Grand Col Ferret de nuit (Suisse), derrière un Italien exténué que je doublerai peu avant le sommet, reste pour moi un sacré souvenir.

Je reçois des textos mais je ne peux les regarder, pas le temps…

Mon objectif à ce moment précis est d’atteindre la Fouly et Champex en Suisse dans les temps et surtout avant les barrières horaires qui me disqualifieraient de la course.

 

Je m’accroche dans la montée de Champex pour arriver au ravito où je sais qu’on m’y attend. Dès l’arrivée sous la tente, Jérémy mon gendre va me chercher à manger, Manon me masse le coup et Lydie les jambes. Je commence à avoir froid, il ne faut pas que je reste là longtemps sinon je vais avoir du mal à repartir… Heureusement qu’ils sont là au ravito à m’aider et me soutenir… Je repars pour le dernier quart du parcours. Objectifs : Trient, Vallorcine, Col des Montets, La Tête au vent, La Flègère et ensuite Chamonix place du triangle.

La montée à la Tête au vent est très très dure mais je sais maintenant que je vais finir dans les temps…Nous sommes dimanche cela fait deux jours que je cours ou que je marche.

Je savoure la descente de la Flégère à Chamonix. Je sais que c’est bientôt l’arrivée Place du Triangle et qu’une fois franchie la ligne on me remettra la fameuse polaire de finisher de l ‘UTMB.

Je franchie cette ligne d’arrivée en me délectant de ce moment inoubliable et plein d’émotion. Cette course est vraiment hors norme, elle est fantastique…

Si vous souhaitez poursuivre la discussion, vous pouvez utiliser le Forum !

9 réponses sur “Mont Blanc : l’UTMB, une expérience vécue en 2014”

  1. marietherese dit :

    coucou armant quelle joie pour vous de termine avec votre famille presente mais le plus beau ces votre sourire chapeau bas a bientot

  2. claudine dit :

    Que d’émotions à revivre ce moment en te lisant. Suivre ta course à distance nous avait tenu en haleine jour et nuit dans ce fameux WE d’Aout 2014 . Il faut dire que Didier avait passé tout l’hiver et le printemps à me parler du Mt Blanc pour t’accompagner dans ta préparation sur 4 jours en juin…Encore bravo ARMAND
    Une fan, Claudine

    1. armand1 dit :

      Bonjour
      Merci Claudine j’apprécie.
      A bientôt

  3. DominiqueV dit :

    Très beau récit ! J’ai été très heureux de pouvoir t’accompagner autour du Mont Blanc pendant ton entrainement, ce fût une très belle expérience en équipe.

    1. armand1 dit :

      Bonjour Dom
      Super moments passés ensemble dans ces montagnes, cela va vraiment aidé pour ma préparation.
      A bientôt

  4. lucie dit :

    Quelle chance ! L’aventure doit être exceptionnelle à vivre!
    As-tu gardé ton planning d’entrainement?
    Quelles coursent avais-tu faites pour avoir les points?
    En tout cas félicitation !

    1. armand1 dit :

      Bonjour Lucie
      Toutes mes sorties d’entrainements et de courses qualificatives n’étaient axées que sur cet objectif. Je n’ai pensé qu’a l’UTMB pendant plusieurs années et fait en sorte d’obtenir mes points pour la qualification d’inscription.
      Concernant le planning d’entrainement, je sortais tous les jours avec une moyenne de 100 kms par semaine et parfois deux sorties par jours , le midi sur une piste (pyramide sur 5 kms ou 3 séries de 5X400) et après le travail en rentrant avec mon sac à dos à Vern sur seiche, si je n’avais pas programmé sur sortie Boêl.
      En générale c’était
      Lundi Sortie Boêl 15/20kms
      Mardi Repos
      Mercredi Club à Chantepie pour fractionné
      Jeudi Boêl 15/20 kms
      Vendredi Circuit Côtes Nouvoitou Vern 20Kms
      Samedi Sortie Boêl 20/30 Kms
      Dimanche Sortie Club Chantepie 15kms
      Je précise que Lydie finit le travail vers 19h30/45 donc cela me laissait du temps entre 17h et 19h30.
      Les courses qualificatives pour mon premier UTMB ont été le Grand Raid du Morbihan 178 et le petit 80, Le Menestrail de Moncontour quand il était répertorié, et d’autre courses comme Guerledan, ou UltraBretagne et d’autres courses…Les 3D m’ont souvent accompagné dans mes sorties d’entrainements au Boêl où autour du Mont-Blanc en Juin.
      Comme je le dit cette période n’a été que du plaisir.
      A bientôt

  5. loic2 dit :

    Beau récit pour une très belle aventure. Franchir la ligne permet de rentrer dans la catégorie des grands coureurs. Chapeau bas.

    1. armand1 dit :

      Bonjour Loic
      Effectivement ce fût une grande satisfaction de franchir la ligne d’arrivée, dans les temps. Merci pour ce commentaire.
      A bientôt

Laisser un commentaire